Chroniques des PF : Sarco le Justicier, L'arôme antique

Publié le par DK

Ce semaine, je vais parler de « Sarco le Justicier » une série espagnole parue dans EN GARDE.Tags : Sarco le justicier, Manuel gago, En garde, bd, bande dessinée petit format, péplum, el libertador, Maga, garga, Gladius, Kolos,les trois épées, Capt'ain Swing, articles BD Mon Journal

La Série

Série espagnole appelée "El Libertador" parue dans sa propre revue pendant 20 épisodes de 10 pages à partir de 1950 chez l'éditeur Garga (format 17 x 24 cm). La série a été rééditée en intégrale en 1965 chez Maga en 30 numéros.

En France, elle est d'abord parue dans EN GARDE N° 30 à 33, 35 à 45 (juillet 1970 à avril 1974). Elle remplace la série "Gladius" tandis que c'est la série "Les trois épées" qui prend la suite. A priori, c'est la seconde version qui a été publiée en France à raison de deux épisodes par numéro sauf le premier et le dernier qui n'en comportent qu'un.

Tous les scénarios et les dessins originaux sont de Manuel Gago. Sur la fin, Gago se fait seconder aux dessins, mais l'identité de ses auxiliaires reste mystérieuse.

Cette série n'aura pas les honneurs d'une couverture française.

L'histoire

Au deuxième siècle avant Jésus Christ, les Romains ont envahi l'Espagne et l'énorme Caïus Justinius est désigné pour diriger la province de Tarragone. Sa première décision est de prélever un maximum d'impôts,provoquant la colère des autochtones. Au même moment, Sarco de Tarraco, un jeune noble espagnol, revient de Rome où il a étudié. Il décide de porter secours à la jeune Dorothée, victime des exactions de la légion romaine du tribun Turlututus. Après avoir secouru la belle, il se rend chez Caïus Justinius afin de s'attirer ses bonnes grâces dans le but de mieux le rouler dans la farine. Dès lors, il utilise cette ruse afin de connaître à l'avance les plans de son adversaire.

Tags : Sarco le justicier, Manuel gago, En garde, bd, bande dessinée petit format, péplum, el libertador, Maga, garga, Gladius, Kolos,les trois épées, Capt'ain Swing, articles BD Mon JournalAprès s'être fait voler les impôts qu'il venait de collecter, Caïus Justinius veut les récupérer et il promet une forte récompense pour cela, mais là encore, Sarco réussit à déjouer ses plans. Pourtant, Turlututus se méfie de lui et tente de le démasquer en arrêtant le père de Dorthée devant lui. Il ne peut réagir car ce serait se trahir, mais il ne peut laisser tuer le père de sa fiancée. A ce moment, il est sauvé par un mystérieux "Légionnaire Masqué". En fait, il s'agit de Dorothée qui a choisi de se grimer. Sarco trouve le costume à son goût et décide de l'adopter.

Aidé par une bande de paysans menés par le père de Dorothée, Sarco engage une véritable résistance à l'oppresseur romain. Une résistance qui prendra diverses formes, mais dont le leitmotiv restera la lutte contre la collecte d'impôts abusifs.

Elle prendra parfois d'autres formes comme la libération d'un gladiateur (N°39) ou la remise en liberté d'un étalon blanc (N°38). Sarco sauvera aussi la mise de Caïus Justinius le jour où l'inflexible Julius Bubulus vient procéder à une inspection en vue de prendre sa place. De la même façon, quand Rome envoie Pomponius Matracus pour vérifier que le gouverneur fait bien son travail, Sarco fait une courte trêve afin de conserver son souffre-douleur favori.

Plus original, l'épisode où un mendiant est le sosie de Caïus Justinius. Une ressemblance habilement utilisée par le héros.

La série s'achève avec le mariage de Sarco avec sa fiancée Dorothée et le départ de Caïus Justinius.

Sous le couvert du péplum, Sarco est en fait un clone de Zorro mâtiné de Robin des Bois. Les Romains y sont présentés comme stupides et maladroits comme on peut le faire avec les soldats nazis dans les films comiques.

Nota Bene :Tags : Sarco le justicier, Manuel gago, En garde, bd, bande dessinée petit format, péplum, el libertador, Maga, garga, Gladius, Kolos,les trois épées, Capt'ain Swing, articles BD Mon Journal

Sarco le Justicier n'a aucun rapport avec le président de la république avec qui il partage pourtant le même diminutif.

Sarco n'a pas eu les honneurs de la couverture. C'est même "Kolos" qui squatte la devanture de la revue du N°36 au N°45 alors que les numéros précédents, c'est la série "Nikos". Non, ce n'est pas une nouvelle allusion à Sarkozy !

Claudio Marcos, el Libertador est le nom en version originale de Sarco de Tarraco.

En Version originale, l'histoire se déroule en 303 et on l'y croise Diocleciano (245-313) empereur de Rome (284-305).

Cette série n'est pas la plus connue de Mago, mais elle est très recherchée par les collectionneurs espagnoles.

Le logo français de la série a changé constamment d'épisodes en épisodes. Dans En Garde N°32, la série est même renommée "Sarco le Vengeur" et simplement "Sarco" dans le numéro 37 (ainsi que dansle 42). En page de garde de la revue, elle sera appelée "Sarco l'espion" à partir de ce numéro alors que du N°30 à 33, c'est le nom correct qui est indiqué.

Dominik

 

Tags : Sarco le justicier, Manuel gago, En garde, bd, bande dessinée petit format, péplum, el libertador, Maga, garga, Gladius, Kolos,les trois épées, Capt'ain Swing, articles BD Mon Journal



 

Publié dans Mes articles sur la BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article